Dans la rubrique Logement pour Tous (p.20 et 21), elle nous dit :

  • que la métropole grenobloise se situe dans la moyenne pour la construction qui s’est ralentie dans la période étudiée, de 2010 à 2014.
  • Que le taux de logements sociaux  est inférieur à la moyenne. 
  • Que le prix des logements et le niveau des loyers sont moins élevés que dans les agglomérations les plus importantes…

En additionnant tous les critères pris en compte, le classement place la Métro au 9e rang (sur 15) des métropoles françaises.

Même s’il faut prendre avec prudence ces données partielles (qui sont en outre souvent anciennes), on voit que Grenoble est loin du  peloton de tête des agglomérations engagées contre la crise du logement.

C’est tout l’enjeu du nouveau Programme Local de l’Habitat établi par la Métro pour les 5 prochaines années (2017-2022). Il prévoit la construction de 2200 logements par an, dont 1000 logements sociaux. Il prévoit le conventionnement de 100 logements privés par an, et un objectif  annuel de remise sur le marché de 300 logements vacants. Ces objectifs sont pour la plupart inférieurs à ceux du PLH précédent.

C’est pourquoi Un Toit pour Tous a regretté le manque d’ambition de ce PLH  qui se fixe des objectifs insuffisants pour répondre aux besoins, en particulier ceux des plus démunis. Nous espérons cependant que La Métro mettra tout en œuvre pour réaliser ce qu’elle a prévu, et nous suivrons avec attention la réalisation du programme.

Pour en savoir plus sur les interventions d'Un Toit Pour Tous lors de la préparation du PLH et lors de son adoption.