« Environ 80 personnes s’étaient donc déplacées le 13 novembre pour manifester une dernière (?) fois leur attachement à cette association qui devait malheureusement se séparer de ses salariés.

Depuis 14 ans cette association qui accompagnait les Roms (ressortissants de l’union Européenne) dans leur insertion était financée en très grande partie par des fonds publics. La politique de suppression des subventions aux associations telles que Roms-Action, menée par les équipes en place dans les collectivités locales (Région et Département) a aboutit à ce triste résultat.

Certes les bénévoles de l’Association Roms Action ont décidé de ne pas baisser totalement les bras et de continuer leurs actions. Mais celles-ci seront bien réduites et ponctuelles du fait de la disparition d’un lieu de contact permanent où les familles Roms avaient la possibilité de trouver un appui pour beaucoup de démarches.

La compagnie théâtrale l’Arbre a pu traduire, à l’occasion de cette soirée, de façon émouvante la désillusion et le désarroi aussi bien des salariés que des familles Roms à l’annonce de la fermeture des bureaux de l’association. Le recueil par les 3 comédiens de cette compagnie dans les bidonvilles et autres squats ainsi que dans les locaux de l’association, des témoignages de ceux directement concernés fut parfaitement retranscris par une mise en scène sobre et dépouillée ... mince consolation par rapport à la future absence d’appui pour une population particulièrement démunie et souvent discriminée.

Un Toit Pour Tous (UTPT) était naturellement présent lors de cette soirée, la cause de Roms-Action rejoignant la nôtre dans la mise en place d’un toit pour tous. UTPT, qui essayait d’épauler Roms-Action notamment sur le projet d’aménagement d’un terrain pour héberger 4 familles sur la commune d’Eybens, a profité de la présence de la vice présidente de la Métro chargée du logement pour l’interpeller quant au devenir de ce projet. L’interlocuteur de ce projet avec les collectivités (Métro et ville d’Eybens) étant Roms-Action, qui allait prendre le relais de l’Association pour essayer de faire aboutir ce projet annoncé comme pilote dans le cadre de la politique de l’hébergement de la Métro ?   

Malheureusement aucune réponse précise ne nous fût apportée à cette occasion tant sur le planning éventuel des décisions politiques que sur l’organisation du financement par les collectivités. Mais même cette réduction des moyens et absence de résultat à cet instant ne nous incite pas à baisser la garde. Il est nécessaire de continuer à œuvrer en maintenant la pression sur les différents décideurs locaux pour aboutir à la mise à l’abri de quelques une de ces familles...  et défendre leur droit à UN TOIT. »