Les 12/14 info débats

Les 12/14, c'est quoi ?

Une fois par mois, le deuxième mardi du mois, entre 12h15 et 13h45, Un Toit pour Tous organise avec ses partenaires un temps de rencontre, d’échange, d’information et de formation sur toutes les questions liées au mal-logement.
Cet événement est ouvert et gratuit.

Venez débattre avec nous !


Les 12/14 du Toit sont des réunions publiques ouvertes à tous. Chacun est libre de proposer un sujet qu’il souhaite voir traité : contact@untoitpourtous.org


Programme des prochains 12/14

Les 12/14 en 2022

Du recours Dalo au relogement, un parcours semé d’embûches

Depuis 2014, sous les effets du travail réalisé par le comité de suivi de l’Isère, l’application du droit au logement opposable a connu des avancées notables sur ce territoire (le nombre de recours logement priorisés est passé de 19% à 46% en 2019), plaçant notre département parmi les territoires de France qui rendent le plus de décisions favorables. Mais malgré cela, de nombreux dysfonctionnements persistent : dans l’instruction du recours, dans l’application des décisions prises par la CoMed, par le Tribunal administratif, et dans le processus de relogement/d’hébergement. Alors que le droit au logement opposable s’adresse aux ménages les plus en difficultés, rien n’est fait pour leur faciliter l’accès à ce droit. Au contraire, en Isère, le Dalo est devenu un chemin semé d’embûches.

Ce 12-14 propose de faire état de ces difficultés et de leurs impacts sur le parcours des requérants. De la constitution du recours à l’accès au logement, quels sont les obstacles que rencontrent les ménages ? A quels professionnels peuvent-ils s’adresser pour être accompagnés, au cours des différentes étapes de ce parcours ? Quels sont leurs outils et leurs difficultés ?

Invités au débat :

  • Permanence Dalo d’Un Toit Pour Tous
  • CSF (Confédération syndicale des familles)
  • Equipe Juridique Mobile
  • Autres invités à confirmer…

Les femmes privées de domicile personnel

Quels besoins ? Pour quelles réponses ?

En raison des violences sexistes auxquelles elles sont exposées, les femmes à la rue sont généralement considérées comme étant plus vulnérables que les hommes. Cela justifie entre autre une priorité relative qui leur est donnée dans les réponses apportées par le 115 et l’hébergement d’insertion. Malgré cette spécificité, le mal-logement reste peu analysé sous l’angle du genre en France. Pourtant, au-delà de cette représentation commune des femmes à la rue, le genre impacte aussi toutes les dimensions du mal-logement :

  • au regard des inégalités économiques les fragilisent les femmes dans l’accès et le maintien au logement.
  • au regard du rapport des femmes au logement, sphère privée dans laquelle elles sont en charge du travail domestique et donc surexposées aux effets du surpeuplement et de l’inconfort.

Ce 12-14 souhaite mettre en lumière ces enjeux en s’intéressant à trois situations de mal-logement : les femmes en bidonville, les femmes sans-domicile qui fréquentent le Local des femmes et leurs expériences au sein de structure d’hébergement, et les femmes sans logement personnel qui sont en sortie de prostitution.

Comment la privation de logement personnel est-elle vécue par ces femmes ? En quoi le genre est une donnée à prendre en compte pour comprendre les trajectoires de ce public, leurs besoins et les difficultés qu’elles rencontrent ? Comment ces spécificités de genre sont-elles prises en compte par les professionnels qui interviennent auprès de ces femmes, et par les réponses apportées par les politiques publiques ?

visuel avril 12/14

Emploi, logement, quelles perspectives pour les jeunes en situation précaire ?

De 2017 à 2021, la Garantie Jeunes a été le dispositif phare mobilisé par les Missions locales et leurs partenaires pour répondre aux besoins des jeunes « NEETS vulnérables  », c’est-à-dire ceux qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation, et en situation de précarité économique. À travers un accompagnement renforcé et l’attribution d’une allocation pouvant aller jusqu’à 497€ par mois, ce dispositif, basé sur la philosophie de l’Emploi d’abord, vise à dépasser les freins à l’emploi en mettant directement les jeunes en situation de travail via l’obtention de petits contrats (CDD, intérim, stage). Il fait de l’emploi la première marche vers l’insertion.

Qu’en est-il cependant des jeunes qui cumulent les caractéristiques des « NEETS vulnérables » et qui sont privés de domicile personnel ? Cette difficulté arrive-t-elle à être dépassée par la logique de l’Emploi d’abord ? Sinon, dans quelles mesures l’absence de logement impacte-t-elle leur parcours en Garantie Jeunes ? Comment ces réalités sont-elles prises en compte dans la mise en œuvre des dispositifs d’insertion de la jeunesse par l’emploi ?

Le logement d’abord, un  pari réussi à Grenoble ?

avec Manuel Domergue de la Fondation Abbé Pierre

Le 2 février dernier, la fondation Abbé Pierre a présenté son rapport annuel sur l’état du mal-logement, l’occasion de faire le bilan du plan pour le Logement d’abord et la lutte contre le sans-abrisme lancée en 2017 par le gouvernement, et de formuler des propositions pour le rendre plus effectif. Ce plan, décliné en plusieurs axes d’actions*, fait de l’accès direct au logement une priorité pour la réinsertion des personnes sans domicile.

A la suite de ce travail, nous avons eu le plaisir de recevoir Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, venu échanger avec les acteurs grenoblois, quatre ans après le lancement de la politique Logement d’abord sur la métropole.

Qu’est-ce que le Logement d’abord a changé pour les personnes privées de domicile personnel et pour les professionnels qui œuvrent à leur relogement ? Quelles sont les voies de progrès ?

Propriétaires solidaires, des acteurs essentiels pour loger les ménages modestes

En Isère, 680 propriétaires privés louent leur logement à des ménages modestes avec l’aide d’Agences immobilières à vocation sociale. Grâce à leur engagement, ce sont autant de ménages modestes logés en 2021 et accompagnés par des professionnels à la hauteur de leurs besoins.

Alors que la crise sanitaire a aggravé la situation des personnes en situation de précarité en Isère, la Métropole grenobloise et l’Etat proposent un nouveau dispositif, « Louer + facile », pour soutenir les propriétaires solidaires et les encourager à louer leur logement aux ménages qui en ont le plus besoin.

Vous souhaitez en savoir plus sur le rôle que jouent les propriétaires privés en faveur des ménages modestes ?  

Les synthèses

Rapport DALO 2021
Octobre 2021 : la situation de l’hébergement d’urgence en Isère : retour sur les dernières transformations
Septembre 2021 : utiliser les transitions urbaines : une solution adaptée pour loger les plus vulnérables ?
Juin 2021 : l’accueil des demandeurs d’asile en Isère : entre précarité administrative et résidentielle
Avril 2021 : l’obligation pour les communes de produire du logement social : quel avenir pour la loi SRU ?
Enquête sur l'Hébergement citoyen en Isère
Rapport DALO 2020
Synthèse du rapport hébergement chez un tiers
Février 2021 : DALO/DAHO où en sommes nous ?
Novembre 2020 : Solidarités citoyennes en action : loger et accompagner les personnes exilées
Octobre 2020 : Le sans-abrisme à l'épreuve du Covid 19
Février 2020 : Municipales, une chance pour le logement social et très social ?
Janvier 2020 : La situation de l’Hébergement d’urgence en Isère
Décembre 2019 : En 2018 quelle mise en oeuvre du Dalo et du Daho en Isère ?
Décembre 2018 : Rencontre avec Olivier Noblecourt sur le plan de pauvreté
Octobre 2018 : Les 10 ans de l’application de la loi DALO en Isère
Septembre 18 : Mieux connaître le mal-logement, les prochains sujets du rapport mal-logement en Isère
Octobre 17 : Grenoble Alpes Métropole, territoire d'application de la mise-en œuvre accélérée du logement d'abord
Septembre 2017 : L’hébergement des migrants chez les particuliers, une démarche citoyenne
Juin 17 : Le logement toujours, une boite à outils de l’action sociale pour apporter une solution « logement »
Février 2017 : Le logement abordable, un enjeu !
Janvier 2017 : Il gèle et je dors à la rue…
Novembre 2016 : Je ne peux plus payer mon loyer… Que faire ?
Octobre 2016 : Les accueils de jour, dernier rempart face à la grande précarité…
Septembre 2016 : Logement et travail
Juin 16 : Paroles de locataires – paroles d’hébergés : quelles ont été les étapes pour accéder au logement ?
Avril 2016 : Développer le logement social dans le parc privé
Mars 2016 : Quel accueil pour les migrants ?
Février 2016 : Je suis logé… mais ça me rend malade
Janvier 2016 : 450 000 habitants, 49 communes, une Métropole : quelle politique commune pour l’habitat ?

Les replays

Mardi 13 septembre 2022

Les femmes privées de domicile personnel Quels besoins ? Pour quelles réponses ?

Mardi 12 avril 2022

Emploi, logement, quelles perspectives pour les jeunes en situation précaire ?

Mardi 8 mars 2022

Le logement d’abord, un pari réussi à Grenoble ?

Mardi 8 février 2022

Propriétaires solidaires, des acteurs essentiels pour loger les ménages modestes

Mardi 14 décembre 2021

Quelle application du Dalo/Daho en 2020 ? Regards croisés sur l’Isère et le Rhône

Mardi 12 octobre 2021

La situation de l’hébergement d’urgence en Isère : retour sur les dernières transformations

Mardi 14 septembre 2021

Utiliser les transitions urbaines : une solution adaptée pour loger les plus vulnérables ?

Mardi 8 juin 2021

L’accueil des demandeurs d’asile en Isère : entre précarité administrative et résidentielle

Mardi 13 avril 2021

L’obligation pour les communes de produire du logement social : quel avenir pour la loi SRU ?

Mardi 9 mars 2021

L’hébergement chez un tiers, entre mal-logement et alternative au sans-abrisme

Mardi 9 février 2021

Application de la loi Dalo en Isère, où en sommes-nous ?

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez