Actualités

Acheter et louer un logement avec Un Toit Pour Tous : une propriétaire témoigne

Depuis quand confiez-vous votre logement à Un Toit Pour Tous ?

Nous avons acheté début 2021 un logement de 4 pièces à Sassenage. Les locataires, N.D.L.R [Mme A. avec ses 4 enfants, âgés de 15, 5, 3 ans et 2 mois, suite à une procédure de divorce,] auront emménagé d’ici la fin du mois de mars.

Comment avez-vous eu l’idée de nous confier votre logement ?

Avec mon mari, nous avions fini de payer l’emprunt de notre maison en août dernier. J’ai 55 ans, nous n’avons pas de besoins particuliers et nous nous sommes dits que c’était le moment d’investir. Nous avons été approchés par de nombreuses sociétés nous proposant des opérations de défiscalisation grâce à la loi Pinel mais ces sociétés ne parlaient que d’argent.

En discutant avec des amis, nous avons entendu parler d’Un Toit Pour Tous. Après le premier contact avec l’association, il nous a semblé évident qu’il s’agissait de la bonne solution : nous avions envie d’investir dans un projet militant auprès d’une association sérieuse tout en bénéficiant de la défiscalisation de nos revenus immobiliers. Par ailleurs, nous accueillons des jeunes demandeurs d’asile le week-end depuis 4 ans, nous avions envie de prolonger cette action avec ce projet d’appartement, c’est une forme d’engagement politique. Cela nous a paru cohérent et réaliste.

Nous avons été conseillés par la chargée de captation, en lien avec les propriétaires privés : « il faut que l’appartement soit un coup de cœur !  Cela doit être un équilibre entre un projet concret et l’émotion. »

Comment se sont passées les premières démarches pour nous confier votre logement (conseils, rapidité, facilité) ?

Nous avons pris contact avec l’association avant l’été et nous avons trouvé le logement en octobre. C’est allé assez vite malgré la situation sanitaire. Nous avons toujours été bien accueillis par les salariés de l’association qui nous ont consacré du temps. Que ce soit au niveau de la démarche globale, des avantages fiscaux, de l’achat ou des conseils sur l’état du logement, nous avons été bien renseignés. La relation humaine a été très chaleureuse, nous avons même noué des liens de grande sympathie.

Quels sont les freins, les questions que vous pouviez avoir ?

Notre frein principal était de trouver le bon logement. Soit les logements étaient dans notre budget mais pas dans le quartier que nous souhaitions soit nous n’avions pas de coup de cœur… Il faut mettre un peu d’énergie dans la recherche : on doit pouvoir se voir y habiter

Qu’est-ce qui vous a le plus motivé à devenir un propriétaire solidaire ?

Il faut être promoteur de ce que l’on incarne. Nous sommes engagés politiquement, nous avions envie d’agir. Et puis les avantages sont appréciables : la défiscalisation des revenus immobiliers et les loyers viennent couvrir notre emprunt, pour nous c’est une opération quasi blanche au niveau financier. Au lieu d’avoir de l’argent qui dort sur un compte à la banque, ça rend service à une famille qui en a besoin.

Seriez-vous prête à conseiller à vos proches de nous confier leur logement (ou à retenter vous-même l’expérience) ?

Oui, sans problème.

0 Partages
Partagez
Partagez