Actualités

Evelyne Dupuy, plus de 20 ans au service des plus démunis

Evelyne a officiellement quitté les effectifs de notre association pour un départ à la retraite le 1er mai 2022. Quelques mois plus tard, elle a pu célébrer cet événement en compagnie de toute l’équipe salariée en régalant nos papilles avec de nombreuses tartes aux fruits confectionnées par ses soins.

Evelyne a passé 22 années à Un Toit Pour Tous, elle revient en quelques mots sur son parcours.

Quel a été ton parcours professionnel avant ton embauche à Un Toit Pour Tous ?

Après différentes expériences professionnelles dans le domaine de la culture où je me suis très fortement investie, j’ai fait le choix de concilier davantage ma vie professionnelle avec ma vie privée car je voyais trop peu mes deux jeunes enfants.

En 1998, j’ai donc souhaité me reconvertir. Pour cela, j’ai fait le choix de préparer la formation de conseillère en économie sociale et familiale en faisant valoir mes équivalences.

Comment s’est passée ton arrivée à Un Toit Pour Tous ?

En 1999, j’ai pris connaissance d’une offre d’emploi présentée par Pierre Rogery, le directeur de l’Hôtel social – service d’Un Toit Pour Tous, qui gérait dans son intégralité, les trois premières résidences sociales, à savoir l’Hôtel social Vercors (18 appartements meublés), l’Hôtel social de l’Avenue (Av. Alsace Lorraine, 12 appartements environ) et la résidence Mangin (24 appartements meublés, avec une majorité de grands logements permettant l’accueil de familles avec plusieurs enfants).

En quoi consistait ton travail ?

Mon travail consistait à accompagner la majorité des foyers hébergés afin de leur permettre d’une part, de gérer, avec un minimum d’autonomie, leur séparation conjugale voulue ou subie. D’autre part, avec le changement apporté directement ou indirectement par la séparation conjugale, il me revenait d’aider les personnes à faire face à toutes les conséquences qui en découlaient (perte emploi, endettement, possibilités de visites des enfants…).

Enfin, dans un second temps, l’accompagnement apporté durant l’hébergement en résidence sociale portait sur le fait de pouvoir repartir avec plus de facilités, donc, en ayant des ressources quelque peu durables, dans un logement de droit commun.

Cet emploi à mi-temps est devenu un temps plein. Puis, j’ai demandé à passer au service des attributions de logements. Un service qui m’a également beaucoup intéressée et dans lequel je suis restée jusqu’à la fin de ma carrière.

Quel est ton souvenir le plus marquant ?

L’équipe de l’hôtel social était comme une grande famille. Nous étions 10 personnes : les gardiens, les femmes de ménages, le directeur Pierre Rogery et moi. À l’époque, j’étais la seule travailleuse sociale qui avait en charge les résidences. Nous étions tous dans la même dynamique : même avec peu de moyens, nous travaillions de concert pour que la structure fonctionne en faveur des personnes hébergées.

Un mot pour qualifier ton travail ?

J’ai été très motivée par mon métier. Depuis ma plus tendre enfance, j’ai eu l’envie de découvrir les autres et de leur transmettre des informations pour qu’ils puissent agir eux-mêmes. Travailler à Un Toit Pour Tous, et particulièrement à l’Hôtel Social, m’a permis de découvrir une population diversifiée, plurielle tant au niveau culturel qu’au niveau socio-économique.

Quelles ont été tes relations de travail avec les salariés, les bénévoles à Un Toit Pour Tous ?

La dynamique a toujours été bonne, j’ai travaillé entourée de gens qui étaient très investis dans la démarche de l’association, et ce, même s’il y a eu parfois des moments difficiles.

J’ai eu l’occasion de travailler avec une partie des bénévoles, notamment ceux du groupe DALO. Les opportunités de se réunir avec les bénévoles étaient moins courantes que maintenant, c’est une bonne chose que cela évolue.

Quels sont tes projets pour la suite ?

Je vais surtout savourer le fait d’avoir désormais du temps !

Je suis également membre du conseil syndical de mon immeuble et je souhaite continuer à transmettre, à me soucier du bien être des locataires, des propriétaires, bref de l’ensemble des usagers de l’immeuble. Ce rôle de médiatrice, d’aider les uns et les autres à se comprendre, me plait beaucoup.

Un mot pour conclure ?

J’ai eu beaucoup de plaisir à conduire toutes ces années d’activités professionnelles car l’objectif principal de ce métier est de parvenir à rendre meilleure les conditions de vie d’êtres humains en difficulté.

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez