Actualités

Logement des personnes âgées : du nouveau à « Vivre aux Vignes » !

Après le dramatique incendie de l’été 2021 (1) un grand élan de solidarité s’était manifesté et l’Agence Régionale de Santé avait alloué un financement (2) destiné à pallier le manque de rentrées. Dans le cadre de la mission d’Etat confiée aux départements, Les Vignes vont en principe bénéficier maintenant pendant 7 ans d’une  » Aide à la vie partagée » en raison de sa reconnaissance « Habitat inclusif » acquise en 2021.

Rappel : le dispositif « Vivre aux Vignes », maintenant labellisé Habitat inclusif, est une modalité solidaire de maintien à domicile et représente une alternative à l’EPHAD pour les personnes âgées. Il offre dans un groupe HLM d’ACTIS situé dans le quartier de l’Ile verte à Grenoble 12 logements et un logement collectif (celui-ci géré par UTPT) dans un cadre sécurisé. Une continuité de présence est assurée 24 h. sur 24 par une équipe d’auxiliaire de vie, dont le coût est partagé par les résidents.

La coordination et l’animation sont assurées par l’association « Vivre aux Vignes » qui regroupe les familles des résidents.

 

Une reprise assurée

Les travaux de réhabilitation et d’amélioration (couverts par l’assurance), la restructuration intérieure du logement collectif (3) et l’amélioration des sanitaires (financés par ACTIS et les Petits Frères des Pauvres) ont été menés rapidement et le logement collectif a pu être réoccupé début 2022.

Tous les logements sont maintenant occupés, permettant ainsi de retrouver l’équilibre financier de la continuité de présence.

Le financement initial, soit 50 000 € par an pendant 3 ans, a permis l’embauche d’une animatrice, ce qui donne la possibilité d’amplifier les actions auprès des résidents et d’ouvrir encore plus celles-ci aux habitants du quartier.

Une nouvelle dynamique

Le financement du département de l’Isère (5 000 € par personne et par an) représentant un montant annuel de 75 000 € devrait ainsi prendre la suite du financement de l’Etat par l’ARS. C’est peu dire que ce financement permettrait enfin de garantir la pérennité d’un dispositif dont tout le monde s’accorde à dire qu’il représente un exemple significatif de ce qui peut être fait pour assurer un maintien à domicile dynamique. Il donnerait aussi les moyens à l’association d’amplifier et élargir son animation.

Reste que le modèle économique repose sur le remplissage de tous les logements, et que cela constitue une fragilité structurelle.

(1) L’incendie a causé la mort d’un résident et détruit le logement collectif base du dispositif (4 chambres individuelles, espaces de vie, bureaux)

(2) 25 000 €

(3) Passage de 4 à 3 chambres

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez