Actualités

« Sans abri : comment progresser vraiment ? »

Il y tout juste 3 ans était lancé le plan Logement d’abord. Le journal La Croix a réuni pour l’occasion  Emmanuelle Wargon, ministre du Logement, et Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre. Que retenir du débat ?

 

  • Emmanuelle Wargon reconnait le déficit grave d’outil statistique évoqué par Christophe Robert, la dernière étude de l’INSEE datant de 2012. Elle partage son constat de la nécessité de mieux connaître qualitativement et quantitativement le sujet du sans-abrisme. Elle souhaite donc lancer un nouveau recensement et travailler avec les villes qui organisent des Nuits de la solidarité.

 

  • Au delà des constats soulignés par Christophe Robert du nombre insuffisant de places d’hébergement et de logements dont les besoins augmentent, Emmanuelle Wargon veut travailler sur la question des demandeurs d’asile. Car, dit-elle, Je veux rappeler mon attachement à l’accueil inconditionnel. Et Christophe Robert de souligner l’importance d’accélérer la délivrance de titres de séjour pour diminuer la pression sur l’hébergement.

 

  • A Emmanuelle Wargon qui souligne l’augmentation importante du nombre de places d’hébergements depuis le début de la crise du Covid, Christophe Robert répond qu’il faut poursuivre. Si effectivement on ne ferme aucune place sans trouver une solution (circulaire Denormandie), ce qui est une bonne chose, tout est plein.

 

  • Tout est donc dans l’accélération de la politique du Logement d’abord. Emmanuelle Wargon fait le point : depuis 3 ans, 150 000 personnes relogées par différents canaux dans 23 territoires, 10 nouveaux territoires candidats. Certes, mais alors pourquoi la contradiction majeure de couperdans les APL et le budget des bailleurs sociaux ? rétorque Christophe Robert ? Etrange réponse de la ministre : Je ne pense pas que les APL et les économies chez les bailleurs sociaux soit le sujet ici… On ne construit pas assez de logements sociaux.

 

  • Comment prévenir le sans abrisme plutôt que le guérir ? Par une politique plus ambitieuse en matière de prévention des expulsions locatives, mission confiée à un député, et abondement du fonds d’indemnisation des propriétaires pour certains, en particulier en cas de crise sanitaire.

 

  • Pourquoi alors les expulsions et démantèlements de campements ? C’est la nécessité de traiter l’insalubrité et de sécurité répond la ministre qui travaille avec le ministère de l’Intérieur sur le sujet. Cela n’a aucun sens souligne Christophe Robert : faute de solution les gens se réinstallent ailleurs.

 

journal La Croix

https://www.la-croix.com/France/SDF-comment-progresser-vraiment-2020-09-21-1201115226

0 Partages
Partagez
Partagez