Actualités

Aider les migrants en Isère : un regard sur l’accueil citoyen en 2020

La délégation Auvergne Rhône-Alpes de la Fondation Abbé Pierre s’est intéressée au développement des initiatives citoyennes pour l’accueil des migrants dans sa Région et a produit un Eclairage vidéo sur l’hébergement citoyen. Pour le département de l’Isère elle s’est appuyée sur une analyse statistique réalisée par l’Observatoire de l’Hébergement et du Logement d’Un Toit Pour Tous (OHL) portant sur les activités des collectifs/associations enquêtés et sur les ménages accueillis.

Que ressort-il en particulier de l’enquête effectuée par l’OHL sur les ménages accueillis en Isère en 2020?

338 ménages accueillis en 2020 par 33 collectifs citoyens et associations

L’OHL a identifié 51 collectifs et associations (1) et parmi eux, 33 ont accepté de répondre à cette enquête. En 2020, ils ont accueilli 338 ménages, soit 625 personnes (218 mineurs dont 49 isolés) (2) dont plus de la moitié en hébergement autonome (3).  L’OHL note que ces hébergements autonomes sont des initiatives intéressantes qui peuvent conduire à la mise en place de baux glissants (4) lorsque la situation économique et administrative des ménages le permet. Un peu plus d’un tiers des hébergements ont eu lieu au sein de familles.

Des réponses partielles concernant les caractéristiques des ménages accueillis

Le volet de l’enquête portant sur la situation familiale et administrative, l’activité, les ressources, l’origine résidentielle des hébergés et leur ancienneté en France a été plus difficilement rempli par les collectifs, notamment par ceux qui accueillent un grand nombre de ménages au cours d’une année. Le nombre de réponse varie donc d’une question à l’autre (entre 251 réponses et 137 réponses pour un total de 338 ménages accueillis).

Beaucoup de personnes isolées…

Sur 251 réponses au questionnaire : 2/3 sont des personnes isolées et près d’1/4 sont des couples avec enfants.

souvent en cours de démarches administratives

Sur 201 réponses : 65% des ménages sont en cours de démarches pour obtenir un droit de séjour, 16% ont un titre de séjour et 9% sont des sans papier et sans démarche en cours.

… mais sans ressource économique ni droit au travail

Sur 187 réponses on observe

qu’une moitié des ménages est sans activité, 22% avec une activité (déclarée ou non) et 28% en formation. Cela s’explique par la forte proportion de ménages en cours de démarches qui n’ont pas encore le droit de travailler.

– qu’un tiers des ménages est sans ressource, 25% touchent l’Allocation pour demandeurs d’asile, 18% bénéficient du soutien financier du collectif et 23% vivent de leur activité,

 

Face à ces difficultés administratives et économiques, les ménages ont des besoins en hébergement qui s’inscrivent sur plusieurs années…

Sur 190 réponses :

  • 56% des ménages sont accueillis depuis plus d’un an
  • 40% des ménages sont accueillis depuis plus de 2 ans.

… très souvent après un passage à la rue

Sur 164 réponses, 71% des ménages étaient à la rue, en alternant parfois avec des nuits chez des tiers, avant de pouvoir être accueillis par un collectif. Les autres étaient dans des squats, dans d’autres collectifs, ou sortant d’un hébergement institutionnel.

A noter que 70 ménages (sur 137 réponses) étaient en France depuis plus de 3 ans.

 

1 : dont l’association St. Martin qui comprend 13 comités locaux et l’Apardap (Association de parrainage républicain des demandeurs d’asile et de protection) qui héberge en lien avec, entre autres, plusieurs collectifs informels.

2 : ces nombres peuvent comprendre des doubles comptes. Si une attention a été portée à la situation résidentielle antérieure des ménages afin d’identifier ceux qui auraient été accueillis par plusieurs collectifs au cours de la même année, cette information n’était pas toujours disponible.

3 : logement autonome : le ménage n’est pas accueilli dans une famille mais hébergé dans un logement indépendant dont le collectif prend en charge le loyer (sauf mise à disposition gratuite) et les autres frais. Un Toit Pour Tous, avec son dispositif LASUR, apporte son soutien à un certain nombre de collectifs dans ce domaine du logement.

En savoir plus : https://www.untoitpourtous.org/lasur-un-dispositif-pour-les-collectifs-qui-accueillent-des-migrants/

4 : un glissement de bail est le processus par lequel un ménage sous-locataire devient locataire en titre du logement qu’il occupe.

0 Partages
Partagez
Partagez