Actualités

De la fermeture des résidences de l’Hôtel Social au « loger d’abord » 

La décision de ne pas poursuivre la gestion des résidences sociales d’hébergement d’insertion de l’ensemble Un Toit Pour Tous (annoncée aux adhérents le 20 décembre) a, certes, été essentiellement motivée par les difficultés économiques de leur exploitation. Cependant …
…elle ne prend tout son sens que dans la perspective du « logement d’abord » qui se met en place sur le territoire de la Métropole grenobloise.

Le service proposé par les résidences : une inadaptation croissante à la demande…

 

…et une des sources des difficultés rencontrées pour conduire les personnes qu’elles hébergent vers un logement pérenne.

L’Hôtel Social c’est un cinquantaine de logement répartis dans seulement 3 bâtiments à Grenoble : or, le logement collectif est de moins en moins bien accepté par les demandeurs en difficulté de logement.

Par ailleurs les situations sociales complexes des ménages orientés vers les résidences demandent des temps d’accompagnement de plus en plus longs

Concrètement cela se traduit par de la vacance, des coûts croissants de l’accompagnement … de plus en plus de difficultés de gestion.

Fermer les résidences c’est laisser la place au développement du « logement d’abord » avec son accès au logement individuel sans attente et son accompagnement adapté à chaque cas …et donc à un traitement plus efficace de beaucoup de situations de mal – logement.

 

Le relogement des résidents présents dans les résidences … une occasion d’appliquer le « logement d’abord » !

 

La délicate question du relogement des résidents encore présents dans les structures à fermer a été l’occasion de pratiquer à leur bénéfice cette politique du logement d’abord.

Les travailleurs sociaux chargés de ces relogements ont eu à assurer un très gros travail de mobilisation de nombreux logements en un temps très court. Ils ont profité de l’occasion pour accélérer l’entrée dans un logement individuel d’un certain nombres de résident dont le séjour prévu en résidence aurait du se poursuivre pendant un certain temps encore.

Cela n’a d’ailleurs pas été une révolution puisque, aider les personnes en difficulté en leur fournissant un logement avec un « vrai » bail et un accompagnement  (gestion locative adaptée) c’est ce que l’on pratique à Un Toit Pour Tous depuis  l’origine !

Ainsi, à la fin de l’année 2018, deux sur trois des sortants occupent maintenant un logement autonome, (ce qui ne veut pas dire qu’ils ne doivent pas, pour certains, être encore accompagnés de manière adaptée à leur situation sociale personnelle).

 

Fermer les résidences sociales : une action difficile … en plein accord avec le renouveau de la politique de l’hébergement à mettre en œuvre avec le « logement d’abord » !